pour ajouter cette page à vos favoris

Tiques et maladie de Lyme

Présentation :

Après le moustique, la tique est le vecteur le plus important de transmission d’agents infectieux. Plus familièrement appelé « pou des bois », il existe plus de 850 espèces différentes de cet acarien parasite qui se nourrit du sang de nombreux mammifères.

Traitement et prévention :

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est une maladie infectieuse non contagieuse due à une bactérie : Borrelia Burgdorferi que transmet la tique - en l’occurrence Ixodès Ricinus - contaminée.
Le risque de contamination est lié à la densité de tiques dans les endroits fréquentés par l'Homme et à leur taux d’infection par la Borrelia. Les périodes de risques les plus élevées sont : avril et mai puis septembre et octobre.


La maladie de Lyme évolue par phases.


La phase primaire se manifeste par un érythème cutané migrant (une plaque rouge qui s’étale lentement pouvant atteindre 20 à 50 cm de diamètre). Il est centré sur la morsure de la tique. Il apparaît de deux à trente jours après la morsure et régresse spontanément.
En l’abscence de traitement antibiotique adapté qui permet à ce stade une guérison rapide et totale, des manifestations secondaires et tertiaires neurologiques, cutanées ou cardiologiques peuvent survenir.
L’homme contracte la maladie dans l’environnement forestier où se trouvent de préférence les tiques vectrices.

La prévention individuelle repose sur le port de vêtements couvrants et surtout de l’examen soigneux de la peau après une sortie en forêt. La tique aime les zones à peau fine (aisselles, plis des genoux, cuir chevelu…). Utiliser des répulsifs tant sur la peau (sauf enfants et femmes enceintes) que pour les vêtements.
Un traitement préventif systématique, même après morsure, n’est pas justifié. A ce jour, aucun vaccin n’est disponible.


La prévention institutionelle suppose une gestion du grand gibier qui serait un facteur d’augmentation des populations de tiques.

Faire, ne pas faire:

En cas de morsure de tique, il faut la retirer le plus rapidement (le risque de contamination est maximum après 36 à 48 heures de fixation si la tique est infectée).

Attraper avec une pince à épiler ou à bouts émoussés ou mieux avec une pince Tire-Tic® la tique le plus près possible de la peau. Exercer de petites rotations pour l’extraire sans laisser une partie sous la peau. Désinfecter la plaie et se laver les mains.
Surveiller ensuite la zone pendant une période de 30 jours afin de détecter toute rougeur extensive.

Il faut impérativement éviter d’écraser la tique et d'appliquer tout produit chimique (éther, pétrole…) qui risque de faire régurgiter la tique et d'accroître ainsi le risque d’infection.

Noter la date et le lieu de la morsure pour donner ces renseignements au médecin le cas échéant. Consulter un médecin en cas de doute ou d’apparition d’un érythème, véritable marqueur de la maladie, éventuellement associé à des signes généraux de fatigue, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires.

 

pour ajouter cette page à vos favoris
Nos marques